Toutes les news communication, communication finance, communication digitale, rp et relations medias
Articles
Droit voisin pour la presse : la bataille continuera en janvier prochain
14 decembre 2018     #Médias

Un nouveau rendez-vous est fixé en janvier pour (enfin) finaliser le texte du droit voisin qui oppose l’Industrie culturelle aux GAFA. Le 12 septembre dernier le Parlement européen votait en effet pour un projet de directive permettant à la presse et aux agences d’être rémunérées pour leurs contenus diffusés sur les grandes plateformes.  

 

Une réforme fortement contestée


Initialement présenté en septembre 2016 par la Commission européenne, le projet de directive vise à moderniser le droit d'auteur à l'ère numérique. Le principe de cette réforme est de mettre en place une meilleure répartition de la valeur entre les différents acteurs d'Internet, notamment, entre les créateurs de contenus et les plateformes (GOOGLE, YOUTUBE, FACEBOOK, etc.) qui diffusent leurs chansons, vidéos, articles de presse. Deux articles étaient particulièrement décriés par les Géants du net : l'article 11, qui vise à créer un droit voisin au droit d'auteur pour les éditeurs de presse (journaux, magazines, agences de presse) leur permettant de se faire rémunérer lors de la réutilisation en ligne, même partielle, de leurs articles ; l'article 13, qui oblige les plateformes à contrôler l’application des droits d’auteur sur les contenus diffusés et à mieux les rémunérer.  

 

Campagne de lobbying contre mobilisation des journalistes

 

D’un côté, les médias et créateurs se sont réjouis du vote en évoquant le pillage des GAFA et la question de leurs survies, de l’autre, les géants du net crient au liberticide et lancent une grande campagne de lobbying anti-droit voisin avec, en porte-drapeau, le hashtag« #SaveTheInternet ». Ils ont notamment cherché à retirer du dispositif les courts extraits d’articles, ainsi que les agences de presse et la presse spécialisée, et à réduire la durée de protection du droit voisin.  

 

Menace de fermeture de GOOGLE actualités en Europe


Jusqu’à présent, aucune somme n’était reversée à la presse par les grandes plateformes qui utilisent quotidiennement des milliers de contenus et affirment amener de la valeur économique aux éditeurs de contenus. Le désaccord est tel, que GOOGLE menace de fermer en Europe ses services GOOGLE actualités et GOOGLE news, qui ne lui apporteraient rien, si ce n’est du trafic et de l’audience pour les éditeurs de presse, justement.

Le débat n’est donc pas clos. Le trilogue, entre le Parlement, le Conseil et la Commission, pourra de nouveau avoir lieu pour lancer les pourparlers et aboutir à une version définitive de la directive. Rendez-vous en janvier, donc.