Toutes les news communication, communication finance, communication digitale, rp et relations medias
Articles
Ils vont faire bouger les médias en 2019
28 01 2019     #Médias

La revue Stratégie a sélectionné plusieurs personnalités qui feront sans aucun doute l’actualité des pages médias en 2019. En passe de faire bouger les lignes par des alliances ou des partenariats inédits, zoom sur trois personnalités influentes en 2019  

 

Jean-Michel BAYLET, une alliance contre les GAFA


Alors qu’un rendez-vous fixé fin janvier devrait finaliser le texte du droit voisin opposant l’Industrie culturelle aux GAFA, la presse fait front grâce à l’Alliance de la presse d’information générale (APIG) qui regroupe 305 titres et 10 000 journalistes. A sa tête, l’homme politique et patron de presse Jean-Michel BAYLET défend les positions françaises qui permettraient à la presse et aux agences d’être rémunérées pour leurs contenus diffusés sur les grandes plateformes. Une bataille décisive pour l’avenir des médias en France qui se jouera lors du trilogue Commission européenne - Parlement européen - Conseil de l'Europe, prévu dans quelques jours.  

 

Daniel KRETINSKY, l’énergie au service des médias

 

Encore méconnu il y a quelques mois, l’homme d’affaires Tchèque Daniel KRETINSKY, fait progressivement sa place dans le paysage médiatique français. Il a racheté l’hebdomadaire Marianne puis sept magazines du groupe Lagardère : Elle, Version Femina, Art & Décoration, Télé 7 Jours, France Dimanche, Ici Paris et Public. En février, dès la cession finalisée avec Lagardère, l’industriel pourra rassembler ces titres dans sa nouvelle structure : CMI France, filiale de son groupe de médias en République tchèque, Czech Media Invest (CMI). Daniel KRETINSKY possède également 49% des actions de la holding Le Nouveau Monde de Matthieu PIGASSE et lorgne la cogérance du groupe Le Monde.  

 

Delphine ERNOTTE, attention chantiers !


En prévision de la future loi sur l’audiovisuel, qui portera notamment sur les ressources et la compétitivité des acteurs audiovisuels, la dirigeante de France Télévision est confrontée à une obligation d’économiser 160 millions d’euros d’ici 2022 et amorcer le grand virage numérique attendu par le gouvernement. Concernant la plateforme Salto, qui rassemblera les programmes de France Télévisions, TF1 et M6, afin de concurrencer les mastodontes du web, Delphine ERNOTTE va devoir convaincre l'Autorité de la concurrence, mais également obtenir des contrats avec les ayants droit intégrant une exploitation numérique.